Marionnettes APPRENDRE À VIVRE ENSEMBLE + CD MP3.

A65003

Nouveau

Lot de 9 marionnettes et un CD AUDIO MP3 comportant l’enregistrement complet de 2 contes
classiques adaptés : « Le vilain petit canard et la tolérance » et « Pinocchio et les mensonges »,
pour travailler sur l’éducation aux valeurs en classe.



Plus de détails

En stock

Attention : dernières pièces disponibles !

49,99 €

Ajouter à ma liste

LE VILAIN PETIT CANARD et la TOLÉRANCE
PINOCCHIO et les MENSONGES

 Marionnettes APPRENDRE À VIVRE ENSEMBLE


CONTENU
Lot de 9 marionnettes et un CD AUDIO MP3 comportant l’enregistrement complet de 2 contes
classiques adaptés : « Le vilain petit canard et la tolérance » et « Pinocchio et les mensonges »,
pour travailler sur l’éducation aux valeurs en classe. Permet d’encourager des attitudes de respect,
de tolérance et d’égalité, et de travailler sur la notion de responsabilité, les mensonges et leurs
conséquences.
Le CD est disponible en plusieurs langues pour encourager l’apprentissage des langues
étrangères. Le CD permet au professeur de représenter les contes sans avoir à les narrer, il suffit
juste de mettre le CD AUDIO et de manipuler les marionnettes selon les instructions du livret.
C’est aussi simple et facile que ça !
MODE D’EMPLOI ET DÉCORS
Le livret comporte toutes les indications relatives à l’espace derrière la scène, c’est-à-dire la partie
située derrière les marionnettes, face au public.
Dans le livret, les textes des dialogues des personnages apparaissant sur scène par la droite de la
scène et tenus avec la main droite, sont décalés vers la droite.
La meilleure manière de tenir les marionnettes pour utiliser toutes les possibilités de mouvement
est de placer le pouce dans l’un des bras, le majeur et l’index au niveau de la tête et l’annulaire et
le petit doigt dans l’autre bras. Les mouvements des marionnettes permettent d’exprimer de
nombreuses émotions. Par exemple :
- avec les bras : applaudir, saluer, caresser, exprimer la joie et l’excitation avec des
mouvements rapides, pleurer en se cachant le visage avec les bras, etc.
- avec la tête : parler, acquiescer, etc.
- avec le corps : refuser à l’aide de balancements du corps.
Il est conseillé de lire soigneusement chaque conte dans le livret et d’écouter la représentation du
conte sur le CD AUDIO MP3, puis d’effectuer une répétition du conte avec les marionnettes avant
la mise en scène du conte.
Décors « Le vilain petit canard et la tolérance » :
- Scène 1, L’ÉTÉ : Une ferme où habitent différents animaux et un étang en toile de fond. Paysage
d’été.
- Scène 2, L’AUTOMNE : Sur la droite, une forêt. Sur la gauche, une maisonnette en bois. Paysage
d’automne.
- Scène 3, L’HIVER : Un lac dont l’eau est gelée à l’exception d’un petit cercle au centre. Paysage
d’hiver.
- Scène 4, LE PRINTEMPS : La maison du fermier occupe le côté gauche de la scène. Paysage de
printemps.
Décors de « Pinocchio et les mensonges » :
- Scène 1, GEPETTO DANS L’ATELIER: Un atelier de menuisier où sont accrochés des outils.
- Scène 2, PINOCCHIO VA À L’ÉCOLE : Une rue dans laquelle on voit la maison de GEPETTO à
une extrémité et l’école à l’autre extrémité.
- Scène 3, PINOCCHIO ET LA MER : Un embarcadère où sont amarrées des barques, la mer avec
une baleine au fond et JIMINY CRICKET fixé à la scène (utiliser un crayon et de la pâte à
modeler).
- Scène 4, PINOCCHIO SE TRANSFORME EN UN VRAI ENFANT : L’atelier de GEPETTO de
la première scène.
FR
ACTIVITÉS POUR TRAVAILLER SUR LA NOTION D’AMOUR PROPRE
INTRODUCTION
Le conte intitulé « Le vilain petit canard » sert d’outil à la réalisation d’activités portant sur l’amour propre,
le respect des autres et la tolérance à l’égard de la diversité. D’une part, le conte nous apprend à nous
accepter tels que nous sommes (chose particulièrement nécessaire dans une société accordant une
importance croissante à l’image et à la consommation à outrance). D’autre part, il nous apprend à
considérer que le fait d’être différent n’est pas un problème et que cette réalité est désormais de plus en plus
fréquente.
Comme point de départ, les objectifs suivant peuvent être fixés :
- Apprendre à identifier les qualités personnelles de chacun.
- Apprendre à exprimer les qualités des autres.
- Considérer la différence comme quelque chose de positif.
ACTIVITÉ 1 : Nous sommes la famille canard.
Le maître/la maîtresse joue le rôle de Maman Cane, les élèves ceux des canetons.
Dans un premier temps, ils doivent la suivre puis, sur une indication de celle-ci, ils se regroupent en
fonction de caractéristiques physiques (couleur des cheveux, des yeux, etc.).
ACTIVITÉ 2 : Tous pareils, tous différents.
Un enfant tient la marionnette du vilain petit canard et un autre celle du caneton.
Ils se décrivent à tour de rôle et expliquent ce qu’ils savent bien faire.
(Nous sommes tous différents mais nous possédons tous des qualités).
ACTIVITÉ 3 : Avant et maintenant : la transformation en cygne.
Les enfants doivent apporter des photos d’eux quand ils étaient plus petits.
Chacun explique les changements physiques qui se sont produits et les choses qu’il ne savait pas faire
à ce moment-là et qu’il a désormais appris à faire.
Il explique aussi ce qu’il aimerait apprendre.
(Avec le temps, nous pouvons tous apprendre de nouvelles choses).
ACTIVITÉ 4 : Aider les autres.
Mettre en scène des situations dans lesquelles un enfant a un problème et un autre doit l’aider à le
résoudre.
ACTIVITÉS POUR TRAVAILLER SUR LE MENSONGE CHEZ LES ENFANTS
INTRODUCTION
Au cours de l’enfance, les raisons de mentir varient. Dans un premier temps, les enfants ont du mal à
différencier la fantaisie du mensonge. L’objectif principal à travailler consistera donc à traiter les
mensonges avec naturel pour tenter de confronter l’enfant à la réalité.
En grandissant, les enfants apprennent à utiliser le mensonge pour éviter d’être punis ou pour obtenir
quelque chose (parfois pour se donner de l’importance). Il convient de leur montrer quelles sont les
conséquences de leurs mensonges, les préjudices qu’ils peuvent causer aux autres et qu’un mensonge en
entraîne un autre.
Pour travailler sur la notion de sincérité, il peut être intéressant de l’associer à celle de courage. En effet,
pour oser dire la vérité, il faut faire preuve de courage.
DIFFÉRENCIER LE MENSONGE DE LA FANTAISIE
ACTIVITÉ 1 : Vrai/Faux.
Le professeur commence par énoncer des phrases, certaines vraies, d’autres fausses, du type :
- Le tableau est jaune
- Le soleil brille la nuit
- Les éléphants sont gris, etc.

À tour de rôle, les enfants se passent la marionnette de Pinocchio et montrent le côté avec le nez
normal lorsque l’affirmation est vraie et la face avec le nez allongé lorsqu’elle est fausse.
ACTIVITÉ 2 :
Dans un deuxième temps, c’est aux enfants d’inventer des affirmations vraies ou fausses.
LE MENSONGE POUR ÉVITER UNE PUNITION
ACTIVITÉ 3
À l’aide des marionnettes, mettre en scène le mensonge de Pinocchio de la fin de la scène 2. Puis
demander aux enfants :
- Pourquoi penses-tu que Pinocchio ment à Gepetto au sujet de la personne qui a volé les
pièces ?
- Est-ce qu’il craint que Gepetto se fâche ?
- Comment te sentirais-tu si on t’accusait d’avoir volé les pièces ?
- A ton avis, qu’aurait dit Gepetto à Pinocchio si ce dernier lui avait dit la vérité ?
- Est-ce qu’il aurait aidé Pinocchio à trouver une solution ?
LES CONSÉQUENCES DU MENSONGE. LE COURAGE DE DIRE LA VÉRITÉ
ACTIVITÉ 4
Un élève prend la marionnette de Pinocchio et met en scène l’un des mensonges de Pinocchio dont il
se souvient.
Faire réfléchir les enfants en leur demandant :
Pinocchio a-t-il réussi à obtenir quelque chose de positif grâce à ce mensonge ?
Ses mensonges ont-ils fait que d’autres personnes se soient senties mal ?
Recommencer avec un autre mensonge du conte que rappelle un autre élève.
ACTIVITÉ 5
Utiliser des situations de la vie quotidienne des enfants dans lesquelles un conflit donne lieu à un
mensonge.
Situation 1.
Mes parents ont préparé un gâteau et l’ont laissé dans la cuisine pour qu’il refroidisse. Quand ils
reviennent, le gâteau a disparu et ils demandent qui l’a mangé.
Situation 2.
Un enfant pleure parce qu’un de ses copains l’a poussé. La maîtresse arrive et demande qui est
responsable.
Situation 3.
Deux enfants jouent en classe avec une poupée. Quelques instants plus tard, on constate que la
poupée est cassée.
Après avoir exposé chacune des situations, différentes options de réponse sont proposées aux
enfants :
1. Ce n’est pas moi.
2. Ce n’est pas moi, c’est lui.
3. C’est moi. Je n’ai pas fait exprès.
4. C’est moi. Je ne recommencerai pas.
Parmi ces options, ils doivent différencier celle qui fait le plus de mal aux autres et celle qui témoigne
de l’attitude la plus courageuse.
Lors de la mise en scène, l’enfant assume sa responsabilité et dit la vérité.
FR
Le vilain petit canard
SCÈNE 1 : L’ÉTÉ
Main gauche Main droite
MAMAN CANE CANETON (avec gilet)
VILAIN PETIT CANARD (avec gilet)
Décor : Une ferme où habitent différents animaux. On voit un étang au fond. Le paysage représente l’été.
(MAMAN CANE arrive par la droite et va d’un côté à l’autre de la scène)
MAMAN CANE : Quelle impatience ! J’ai passé tout l’été à couver mes oeufs et je crois que mes petits sont enfin
sur le point de naître ! Ouiiiii, regardez, ils commencent à sortir !
(Un CANETON AVEC UN GILET à qui MAMAN CANE fait un bisou, apparaît deux fois)
CANETON : Coin, coin !
MAMAN CANE : Viens ici, mon petit, que je t’embrasse. Smack, smack ! Allez, à l’eau !
(Le CANETON part vers la gauche et entre à nouveau par le dessous de la scène)
MAMAN CANE : Oooh ! Et voilà le deuxième ! Smack, smack, à l’eau toi aussi !
(Le CANETON s’en va et on entend un bruit de clapotis)
MAMAN CANE : Ouf, il ne reste plus qu’un oeuf ! C’est le plus gros de tous mais il en met du temps à sortir !
(Musique : MAMAN CANE se promène d’un côté à l’autre, impatiente)
MAMAN CANE : Ah enfin ! Je vois son petit bec qui sort de la coquille !
(Le VILAIN PETIT CANARD apparaît)
VILAIN PETIT CANARD : Couac, Couac !
MAMAN CANE : Ça alors…, ce caneton est beaucoup plus grand que les autres et ses plumes ne sont pas jaunes,
elles sont toutes grises ! Il est bizarre, mais comme il est mignon ! Smack, smack ! Allez, va nager avec tes frères !
(Le vilain petit canard s’en va) (Bruit de clapotis)
MAMAN CANE : Comme je suis contente de voir mes petits sur l’étang, même si le plus grand reste toujours un peu
à l’écart des autres.
(Un CANETON apparaît sur la gauche)
CANETON : Maman, pourquoi un de mes frères n’est pas comme nous ? On est tous jaunes et lui il est
gris, grand et franchement, il n’est pas très beau.
MAMAN CANE : Ne parle pas comme ça de ton frère. Il est très affectueux, il est grand, fort… Et il t’aime
beaucoup, tu sais ?
CANETON : Mais maman, tous les animaux de la ferme disent que ce n’est pas possible qu’on soit frères,
ils ne veulent pas de quelqu’un d’aussi bizarre parmi nous.
MAMAN CANE : Mon chéri, nous sommes tous différents. Certains sont plus grands, d’autres ont plus de
plumes…. Il faut nous accepter les uns les autres. Tu te rappelles le jour où tu es resté tout seul sur l’étang et ton frère
est allé te chercher pour te ramener à la maison ? Tu étais affolé et il t’est venu en aide.
CANETON : Oui, j’avais oublié. (Il réfléchit pendant quelques secondes) Mmm…, tu as raison, on doit
s’accepter comme on est.
(Le CANETON s’en va et le VILAIN PETIT CANARD apparaît)
MAMAN CANE : Qu’est-ce qu’il t’arrive ? Tu es tout triste.
VILAIN PETIT CANARD : Tout le monde se moque de moi. On me dit que je suis laid et personne ne
veut jouer avec moi.
MAMAN CANE : Ne t’inquiète pas, mon petit, demain sera un autre jour. Allons dormir, il est tard.
(Maman cane s’en va par la droite)
VILAIN PETIT CANARD : Je n’en peux plus ! Comme je suis différent, personne ne m’aime. Je vais
partir d’ici avant le lever du soleil.
(Il quitte la scène en avançant lentement vers la gauche)

SCÈNE 2 : L’AUTOMNE
Main gauche Main droite
CHAT VILAIN PETIT CANARD (avec gilet)
Décor : Sur la droite, une forêt. Sur la gauche, une maisonnette en bois. Le paysage représente l’automne.
(Le VILAIN PETIT CANARD arrive par la droite)
VILAIN PETIT CANARD : Ouf, comme je suis fatigué ! Ça fait déjà plusieurs jours que je marche et
j’espère que je vais trouver quelqu’un qui va m’aider dans cette forêt. L’automne est arrivé, il commence à
faire froid et je ne sais pas où me réfugier. Brrrr ! Et ma famille me manque. Comme j’aimerais les revoir
un jour !
(Musique)
(Le VILAIN PETIT CANARD va de l’autre côté de la scène où se trouve la maisonnette en bois)
VILAIN PETIT CANARD : Quelle chance ! J’aperçois une petite maison en bois. Peut-être qu’il y a
quelqu’un qui y habite et qui va me faire une petite place où dormir au chaud.
(Le VILAIN PETIT CANARD s’approche de la maison mais juste avant d’y arriver apparaît le CHAT par la gauche,
lui bloquant le chemin)
CHAT : Où vas-tu comme ça, espèce de bestiole rondouillarde et moche ?
VILAIN PETIT CANARD : Je cherche juste un endroit où pouvoir passer l’hiver à l’abri du froid qui
arrive.
CHAT : Ecoute, petite boule de plumes, cette maison est habitée par une petite mémé qui s’occupe de moi, et en
échange, je dois me charger des souris. Alors si tu veux rester ici, il faut que tu prouves que tu es un bon chasseur de
souris. Prends exemple sur moi et regarde comment il faut faire… miaou ! (On entend un miaulement puissant
pendant que le CHAT bondit et fait semblant d’attraper une souris)
VILAIN PETIT CANARD : Bon, je peux essayer. Craou ! Aaargh, aaargh !… keuf, keuf ! (Le VILAIN
PETIT CANARD essaie de miauler et de sauter mais il n’y arrive pas, il s’étrangle, se met à tousser et se
fait mal)
CHAT : Ah, ah, ah ! C’est comme ça que tu veux attraper les souris ? Tu n’as rien à faire ici, va-t’en ! … Et ne
remets plus les pieds ici !
(Le VILAIN PETIT CANARD reste seul au milieu de la scène, tandis que le CHAT sort par la gauche)
VILAIN PETIT CANARD : J’en ai assez que tout le monde me méprise parce que je suis différent, mais
je ne m’arrêterai que quand j’aurai trouvé un endroit où on m’acceptera tel que je suis.
(Le VILAIN PETIT CANARD se remet en marche et disparaît de la scène)
SCÈNE 3 : L’HIVER
Main gauche Main droite
FERMIER VILAIN PETIT CANARD (avec gilet)
Décor : Un lac dont l’eau est gelée à l’exception d’un petit cercle au centre. Paysage d’hiver.
(Le VILAIN PETIT CANARD apparaît, grelottant)
VILAIN PETIT CANARD : Que vais-je devenir, brrr, brrr ! Comme j’ai froid ! On voit que l’hiver est
déjà là ! Brrr, brrr ! L’eau commence à geler et j’ai de plus en plus de mal à nager. Comme je suis fatigué !
(Le FERMIER arrive par la gauche et il s’arrête soudain devant le VILAIN PETIT CANARD. Il le regarde, surpris,
et s’adresse au public en disant :)
FERMIER : Oh ! Mais que voilà ? On dirait un petit canard endormi. Qu’est-ce qu’il fait ici, tout seul ? Si je ne
l’emmène pas, le lac va geler et il va mourir. (A haute voix) Petit canard, réveille-toi !
(Le VILAIN PETIT CANARD grelotte sans parler et est appuyé sur le bord de la scène)
VILAIN PETIT CANARD : Brrrrrrrr, brrrrrrrr !
FR
(Le FERMIER s’adresse maintenant au VILAIN PETIT CANARD en élevant la voix)
FERMIER : Petit canard, réveille-toi ! (Au public) Les enfants, aidez-moi à le réveiller ! A trois, vous criez avec
moi, d’accord ? Un, deux et trois : petit canard, réveille-toi !
VILAIN PETIT CANARD : (D’une voix faible) Brrrrrr, je suis gelé et je suis à bout de forces... brrrrrr !
FERMIER : Viens, je vais t’emmener dans ma ferme.
(Le FERMIER prend le VILAIN PETIT CANARD dans ses bras)
(On entend des oiseaux chanter et le FERMIER s’arrête. Le VILAIN PETIT CANARD lève la tête et regarde vers le
haut)
VILAIN PETIT CANARD : Quels sont ces oiseaux qui volent ?
FERMIER : Ce sont des cygnes, ils ont passé l’automne dans la forêt et maintenant que l’hiver arrive, ils partent
vers des régions où il fait plus chaud.
VILAIN PETIT CANARD : Comme ils sont beaux ! J’aimerais tant leur ressembler !
(Le FERMIER et le VILAIN PETIT CANARD poursuivent leur chemin et arrivent à la ferme qui apparaît à
l’extrémité gauche)
FERMIER : Nous sommes arrivés. Tu peux passer l’hiver ici, jusqu’à ce que tu te rétablisses et que tu apprennes à
voler. Quand le froid laissera la place au printemps, le soleil fera fondre la glace du lac et tu pourras nager sans
problème.
VILAIN PETIT CANARD : Merci beaucoup. Jusqu’à présent, tout le monde m’avait rejeté. Sans ton aide,
je ne sais pas ce que je serais devenu.
SCÈNE 4 : LE PRINTEMPS
Main gauche Main droite
MAMAN CANE VILAIN PETIT CANARD (sans gilet)
Décor : Un paysage de printemps. La maison du fermier se trouve sur la gauche de la scène.
(On entend un groupe de cygnes) (Le VILAIN PETIT CANARD apparaît, transformé en CYGNE, sans gilet)
CYGNE : La glace a enfin fondu et il fait bon au soleil. Je suis devenu grand maintenant ! Je sens que mes
ailes sont plus vigoureuses et je crois que je peux enfin voler.
(MAMAN CANE apparaît sur la gauche, avançant sans reconnaître son fils)
(Le cygne s’adresse à sa maman, d’une voix étonnée) :
CYGNE : Tu ne sais pas qui je suis ? Regarde-moi bien, tu ne me reconnais pas ?
MAMAN CANE : A vrai dire, non. Je n’ai jamais vu un oiseau aussi beau que toi, et pourtant ta voix m’est
familière…
CYGNE : (Stupéfait) Ce n’est pas possible ! Je suis ton fils, le caneton différent, celui dont tout le monde
se moquait à la ferme ! Tu ne te rappelles pas ?
MAMAN CANE : Bien sûr que si, c’est vrai ! Tu as la voix de mon petit, mais tu as beaucoup grandi. Et tu es
toujours aussi différent mais tu es devenu un magnifique cygne. Viens ici, mon petit, que je te serre dans mes bras.
(Musique) (Ils se serrent dans les bras et se séparent)
CYGNE : Maintenant je comprends tout. Je sais pourquoi j’étais si différent de mes frères. Je n’étais ni laid
ni beau, j’étais simplement différent. Et je sais enfin pourquoi j’avais envie de voler quand j’ai vu un
groupe de cygnes pour la première fois…
MAMAN CANE : Et je crois que tu dois les rejoindre et que tu mérites d’être heureux.
CYGNE : C’est ce que je vais faire. Merci maman et au revoir. On se reverra bientôt. Embrasse-moi bien
fort, ma maman chérie.
(On entend le groupe de cygnes avec la musique de fond) (Le CYGNE et MAMAN CANE se serrent fort et le rideau
se ferme)
Fin

Pinocchio
SCÈNE 1 : GEPETTO DANS L’ATELIER
Main gauche Main droite
PINOCCHIO GEPETTO
FÉE BLEUE
JIMINY CRICKET
Décor : Un atelier de menuisier où sont accrochés des outils.
(Gepetto apparaît)
GEPETTO : (s’adressant au public) Bonjour les enfants ! Je m’appelle Gepetto et je suis menuisier. Je
fabrique des marionnettes et des jouets en bois. L’autre jour, on m’a offert un morceau de bois magique et
je vais fabriquer une marionnette unique au monde !
(Gepetto se baisse et se met à travailler le bois. On entend les bruits des outils utilisés pour scier, marteler, poncer,
etc.)
(Montrant la marionnette de PINOCCHIO une fois terminée)
GEPETTO : Alors les enfants, qu’est-ce que vous en pensez ? Vous la trouvez jolie ? On dirait qu’elle est
vivante ! Il ne lui manque que la parole.
(PINOCCHIO prend vie tout à coup et s’adresse à Gepetto)
PINOCCHIO : Bonjour ! Mais si, je sais parler !
GEPETTO : (Regardant les enfants) Hein ! Ce n’est pas possible ! La marionnette m’a parlé ?
PINOCCHIO : Je ne suis pas une marionnette ! Je peux parler, courir et sauter ! Et j’aimerais bien avoir un nom…
GEPETTO : Ça y est, j’ai trouvé! Tu t’appelleras PINOCCHIO !
PINOCCHIO : Merci beaucoup. J’ai un nom, youpiii ! Maintenant je peux aller jouer.
(PINOCCHIO part en courant sur le côté gauche de la scène et disparaît par la porte)
GEPETTO : Attends, PINOCCHIO ! Tu ne peux pas sortir tout seul. Tu ne sais rien du monde ni de ses
dangers. Attends !.... (Aux enfants) Sapristi, il est parti ! Je vais le chercher.
(Musique pendant que Gepetto entre et sort de la scène à plusieurs reprises)
GEPETTO : (Haletant) Ouf, je n’en peux plus ! Je suis fatigué. J’ai cherché PINOCCHIO paaaaaartout et
je ne le trouve pas. Pourvu qu’il revienne vite à la maison...
(Gepetto s’en va)
(PINOCCHIO s’approche par l’angle opposé de la scène et entre)
PINOCCHIO : Aaaaah, que c’est amusant de courir partout ! A quoi je peux jouer maintenant ?
(La FÉE BLEUE apparaît sur la droite)
FÉE BLEUE : Bonjour, PINOCCHIO. Qu’est-ce que tu fais ?
PINOCCHIO : Bonjour ! Qui es-tu ? Et comment tu connais mon nom ?
FÉE BLEUE : Je suis la FÉE BLEUE. Je connais Gepetto depuis très longtemps et c’est un homme très
gentil. Il t’a fabriqué parce qu’il a toujours rêvé d’avoir un fils, et il ne mérite pas que tu ne sois pas sage.
PINOCCHIO : Mais je n’ai rien fait. Je suis resté à la maison où je m’embêtais.
FÉE BLEUE : PINOCCHIO, tu ne devrais pas mentir. Nous, les fées, nous voyons tout. Je sais que
personne ne t’a encore appris ce qui est bien et ce qui est mal. Alors je vais te présenter un ami minuscule,
qui t’accompagnera partout et que tu seras le seul à pouvoir entendre. Il t’aidera à décider ce que tu dois
faire, mais surtout, rappelle-toi que ce n’est pas bien de mentir. Pour que tu ne l’oublies pas, je vais te jeter
un petit sort qui fera que ton nez s’allongera chaque fois que tu mentiras. Sois gentil, PINOCCHIO, je te
laisse avec ton nouvel ami JIMINY CRICKET. Écoute-le et tu verras, GEPETTO sera toujours fier de toi.
(Musique magique) (La FÉE BLEUE disparaît par la droite de la scène et fait apparaître JIMINY CRICKET du
même côté)
PINOCCHIO : C’est d’accord, je promets d’être gentil, de ne pas mentir et de ne pas désobéir à GEPETTO. Merci
beaucoup, FÉE BLEUE… Ah, bonjour, JIMINY CRICKET !
(Bâillant) Oaaaaahhhh… Comme j’ai sommeil ! Je vais faire un petit somme. Bonne nuit, JIMINY CRICKET.
JIMINY CRICKET : Bonne nuit, PINOCCHIO.
(PINOCCHIO s’appuie dans le coin gauche de la scène et s’endort. JIMINY CRICKET s’en va)

SCÈNE 2 : PINOCCHIO VA À L’ÉCOLE
Main gauche Main droite
PINOCCHIO GEPETTO
JIMINY CRICKET
CHAT
Décor : Rue dans laquelle on voit la maison de GEPETTO à une extrémité et l’école à l’autre extrémité.
(PINOCCHIO dort encore dans le côté gauche de la scène où se trouve sa maison tandis que GEPETTO apparaît sur
le côté droit)
GEPETTO : Comme j’ai mal dormi ! Je suis très inquiet. Que sera-t-il arrivé à PINOCCHIO ? (Criant de
joie) Oh, PINOCCHIO, te voilà enfin ! (Il s’approche de PINOCCHIO et le serre dans ses bras) Comme
j’étais inquiet. Ah, mon chéri, ne me refais pas une peur pareille !
PINOCCHIO : Mais je voulais juste sortir de la maison et pouvoir jouer avec d’autres enfants !
GEPETTO : Tu as raison. Tu vas aller à l’école, c’est un endroit très amusant où tu vas te faire plein de
copains et tu vas apprendre beaucoup de choses.
PINOCCHIO : Où est l’école ? J’aimerais bien y aller !
GEPETTO : C’est ce bâtiment au bout de la rue. Tu vas apprendre à lire et à écrire. Mais pour ça, il te faut
des livres. Je vais vendre un des jouets que j’ai fabriqués pour avoir l’argent pour les acheter. Attends-moi
ici, je reviens tout de suite. Promets-moi de ne pas bouger d’ici.
PINOCCHIO : D’accord, promis !
(GEPETTO s’en va)
PINOCCHIO : Je m’embête ici, tout seul ! Je suis sûr que si je sortais un moment, je trouverais quelque chose
d’intéressant à faire.
(JIMINY CRICKET apparaît sur la droite)
JIMINY CRICKET : PINOCCHIO…, rappelle-toi ce que la FÉE BLEUE t’a dit. Tu dois écouter
GEPETTO, il se fait du souci pour toi.
PINOCCHIO : D’aaaaccord, je vais attendre GEPETTO ici.
(Musique)
(JIMINY CRICKET s’en va par la droite et GEPETTO entre du même côté)
GEPETTO : Voilà, j’ai vendu quelques jouets. Avec ces pièces, tu pourras acheter tout ce qu’il te faut pour
aller à l’école. Maintenant, tu peux y aller, et rappelle-toi, ne traîne pas en chemin et rentre à la maison dès
que la classe aura fini. Pendant ce temps, je vais aller travailler à l’atelier.
(Musique)
(GEPETTO s’en va. PINOCCHIO se dirige vers l’école mais le CHAT apparaît sur son chemin)
CHAT : Bonjour, comment tu t’appelles ?
PINOCCHIO : Bonjour, je m’appelle PINOCCHIO ! Je vais à l’école. Mon papa m’a donné ces pièces pour que je
m’achète des livres.
CHAT : (l’air intéressé) Huumm…Des pièces ? Et tu vas les utiliser pour acheter des livres pour l’école ?
N’écoute pas ton papa ! L’école, c’est très embêtant et ça ne vaut pas la peine de gaspiller l’argent dans des
livres. J’ai une meilleure idée pour que ton père soit fier de toi. Regarde, il suffit d’enterrer les pièces et de
les laisser ici toute la nuit. Quand tu reviendras demain, elles se seront multipliées et tu en auras bien plus.
Tu verras comme ton papa va être content.
PINOCCHIO : D’accord, je les enterrerai ici.
CHAT : Très bien. Allons-nous en maintenant. Tu verras qu’il y aura beaucoup plus de pièces demain.
(Musique)
(Le CHAT s’en va par la droite et JIMINY CRICKET apparaît)
JIMINY CRICKET : PINOCCHIO, tu as déjà oublié ta promesse à GEPETTO ? Cet argent devait te
servir à acheter des livres. La seule chose que veut ce CHAT, c’est te tromper et te voler les pièces.
PINOCCHIO : Je ne te crois pas. Je laisserai les pièces là où je les ai mises et je reviendrai demain les chercher. Au
revoir.
(Chacun s’en va de son côté)
(Le CHAT apparaît sur la droite)
CHAT : Ah, ah, ah ! Comme il est naïf ! Maintenant je vais déterrer les pièces et les garder.
(Le CHAT s’en va par la droite et JIMINY CRICKET arrive)
FR
JIMINY CRICKET : (criant) PINOCCHIO, PINOCCHIO ! Vite, dépêche-toi ! On t’a volé les pièces ! Tu
dois tout raconter à GEPETTO.
(JIMINY CRICKET s’en va et PINOCCHIO apparaît de l’autre côté)
PINOCCHIO : (en pleurs) JIMINY CRICKET avait raison et je ne l’ai pas écouté !
(PINOCCHIO se dirige vers la porte de l’atelier et GEPETTO apparaît)
GEPETTO : Que se passe-t-il, PINOCCHIO ? Pourquoi tu pleures ? Il t’est arrivé quelque chose à
l’école ?
PINOCCHIO : (d’une voix hésitante) Ben…, c’est que les enfants de l’école m’ont volé les pièces… et je n’ai pas
pu acheter les livres.
(On entend un son magique/une clochette qui indique que la marionnette de PINOCCHIO se retourne pour
apparaître avec le nez plus long)
GEPETTO : (surpris) Ton nez s’est allongé, PINOCCHIO !
PINOCCHIO : Euuuuh… je t’ai menti. Je ne suis pas allé à l’école et on s’est moqué de moi.
GEPETTO : Je t’avais prévenu, PINOCCHIO. Il y a beaucoup de choses que tu ne connais pas encore. Tu
dois m’écouter et aller à l’école demain sans traîner, ni à l’aller, ni au retour.
PINOCCHIO : Excuse-moi, je ne te mentirai plus jamais et je t’écouterai toujours.
(On entend un son magique/une clochette qui indique que la marionnette de PINOCCHIO se retourne pour
apparaître avec son nez de taille normale)
(GEPETTO disparaît et JIMINY CRICKET apparaît)
JIMINY CRICKET : Mon cher PINOCCHIO, ce que la FÉE BLEUE avait dit s’est finalement passé. Tu
as menti et ton nez s’est allongé, mais comme tu t’es excusé et tu as promis de ne pas recommencer, il a
repris sa taille normale. J’espère que, cette nuit, tu vas réfléchir à tout ce qui s’est passé. Maintenant, allons
dormir et demain sera un autre jour.
(Ils disparaissent du côté de la scène où se trouve l’atelier de GEPETTO et la scène termine)
SCÈNE 3 : PINOCCHIO ET LA MER
Main gauche Main droite
PINOCCHIO ENFANT
GEPETTO GEPETTO
Décor : Un embarcadère où sont amarrées des barques, la mer avec une baleine au fond et JIMINY CRICKET fixé à
la scène.
(PINOCCHIO et l’ENFANT apparaissent) (JIMINY CRICKET est fixé dans un coin de la scène avec de la pâte à
modeler)
PINOCCHIO : Aujourd’hui, ça a été mon premier jour d’école. J’ai hâte de rentrer à la maison pour raconter à
GEPETTO tout ce que j’ai appris et que je me suis fait un ami.
ENFANT : Eh bien moi, j’étais impatient que l’école finisse pour te raconter un secret.
PINOCCHIO : Un secret ? Raconte, raconte…
ENFANT : L’autre jour, on m’a dit que, de l’autre côté de la mer, il existe une île où il n’y a pas d’école et
où les enfants jouent et s’amusent toute la journée.
PINOCCHIO : Hummm, c’est intéressant ! Et c’est loin d’ici ?
(Quand JIMINY CRICKET parle, PINOCCHIO se tourne vers lui)
JIMINY CRICKET : PINOCCHIO, rappelle-toi que GEPETTO t’a dit de rentrer directement à la maison après
l’école.
PINOCCHIO : C’est juste un moment. Je serai rentré avant que GEPETTO ne s’en rende compte.
(JIMINY CRICKET disparaît. PINOCCHIO tourne la tête vers l’ENFANT et lui demande :)
PINOCCHIO : Et comment on va sur cette île ?

ENFANT : C’est celle qu’on voit, là-bas. Le problème c’est qu’il faut traverser la mer et je ne sais pas
nager.
PINOCCHIO : Mais moi je suis en bois et je peux flotter. Si tu n’oses pas m’accompagner, j’irai tout seul. Allez,
c’est parti !
(PINOCCHIO disparaît comme s’il avait sauté à l’eau. On entend un bruit de clapotis)
PINOCCHIO : (voix off) Au secours, il y a une baleine avec une énorme bouche qui va m’avaler !
ENFANT : Ah, quelle horreur ! PINOCCHIO a été avalé par une baleine.
PINOCCHIO : (voix off plus lointaine car il est à l’intérieur de la baleine) Va chercher de l’aide ! Mon papa, c’est
GEPETTO, le menuisier. Il saura ce qu’il faut faire.
ENFANT : (courant d’un côté à l’autre de la scène) GEPETTO, GEPETTO !
(GEPETTO apparaît sur la gauche)
GEPETTO : Me voilà, je suis GEPETTO ! Que se passe-t-il ? Pourquoi ces cris ?
ENFANT : PINOCCHIO s’est jeté à l’eau et une baleine l’a avalé !
GEPETTO : Oh, quel malheur ! PINOCCHIO ! PINOCCHIO !
(GEPETTO tourne le dos au public, comme s’il cherchait PINOCCHIO dans la mer)
PINOCCHIO : (voix off) Papa, au secours, je suis dans le ventre de la baleine ! J’ai peur !
GEPETTO : Ne t’inquiète pas mon petit, je vais te chercher ! Je vais prendre une barque et je vais te sortir de là !
(GEPETTO se précipite vers la mer et disparaît de la scène. On entend le bruit des rames de la barque frappant
l’eau)
GEPETTO : (voix off) Au secours, la baleine m’a avalé aussi !
ENFANT : Ne vous inquiétez pas, je vais chercher de l’aide !
(L’ENFANT disparaît de la scène)
(A ce moment-là, placer sur le fond du décor le dessin représentant le ventre de la baleine, où se trouve aussi la
barque)
(GEPETTO et PINOCCHIO apparaissent côte à côte au milieu du décor, tremblant de peur)
GEPETTO : PINOCCHIO, te voilà ! Je croyais que je t’avais perdu pour toujours.
PINOCCHIO : Moi aussi, papa ! J’ai très peur et je veux sortir d’ici. J’ai une idée ! On pourrait faire un feu avec le
bois de la barque. Avec la fumée, la baleine éternuera et elle nous lancera au loin.
GEPETTO : Quelle bonne idée, PINOCCHIO ! On va faire comme tu as dit !
(PINOCCHIO et GEPETTO tournent le dos au public et font comme s’ils prenaient le bois de la barque et
préparaient le feu) (On entend le bruit du bois qu’ils cassent puis le crépitement du bois qui brûle)
PINOCCHIO : Regarde, papa, il commence à y avoir de la fumée ! Il ne nous reste qu’à nous tenir bien fort et
attendre que la baleine éternue.
(On entend alors un éternuement énorme : AAAAATCHOUM !!!! Et des cris dans le lointain : aaaaahhhhh !!!!)
(Musique pour enlever le dessin représentant le ventre de la baleine et laisser le décor de l’embarcadère)
GEPETTO : Ouf, on est sortis ! Mais PINOCCHIO… je ne sais pas nager ! Je coule !
(La marionnette de GEPETTO disparaît vers le bas comme si elle s’enfonçait dans l’eau jusqu’à ce qu’on ne voit
plus que le haut de sa tête)
PINOCCHIO : Papa, je vais t’aider ! Je suis en bois et je flotte. Accroche-toi à moi !
(PINOCCHIO tient GEPETTO et celui-ci, peu à peu, remonte à la surface aux côtés de PINOCCHIO)
GEPETTO : PINOCCHIO, tu m’as sauvé la vie !
PINOCCHIO : Papa, je t’aime beaucoup ! Et maintenant que nous sommes sains et saufs, je dois t’avouer que,
lorsque la baleine m’a avalé, je n’étais pas sage. En fait, je ne revenais pas de l’école comme tu m’avais dit, mais
j’allais dans un endroit où les enfants ne vont pas à l’école et jouent toute la journée. Et regarde ce qui nous est arrivé
par ma faute !
GEPETTO : Bon, PINOCCHIO, même si ce n’est pas bien ce que tu as fait, je te remercie de me dire la
vérité. Ne t’inquiète pas, PINOCCHIO, ce qui est fait est fait. En plus, tu as trouvé la façon de sortir de la
baleine et tu m’as tiré de l’eau. Maintenant, aide-moi s’il te plaît et rentrons vite à la maison, je ne suis plus
tout jeune et je suis fatigué…
(GEPETTO s’appuie sur PINOCCHIO et ils disparaissent de la scène ensemble)

SCÈNE 4 : PINOCCHIO SE TRANSFORME EN UN VRAI ENFANT
Main gauche Main droite
PINOCCHIO FÉE BLEUE
Décor : L’atelier de GEPETTO de la scène un.
(La FÉE BLEUE apparaît et s’adresse au public)
FÉE BLEUE : Quelle histoire, pas vrai les enfants ? Vous avez remarqué que PINOCCHIO a fini par
apprendre la leçon ? PINOCCHIO a découvert que les mensonges n’attirent que des problèmes et que si on
écoute les personnes qui nous aiment, tout ira bien. J’ai un cadeau pour lui. Vous voulez m’aider à l’appeler
? Tous ensemble, à trois : un, deux, trois… PINOCCHIO, PINOCCHIO !
(PINOCCHIO apparaît sur la gauche)
PINOCCHIO : Bonjour, FÉE BLEUE, comme je suis content de te voir !
FÉE BLEUE : Et moi aussi, PINOCCHIO. En plus, j’ai quelque chose de très important à te dire. Tu nous
as prouvé que tu es gentil, que tu ne mentiras plus et que tu aimes beaucoup ton papa.
PINOCCHIO : Oui, FÉE BLEUE, à partir de maintenant, je vais toujours écouter les recommandations de
GEPETTO.
FÉE BLEUE : C’est pour ça, mon cher PINOCCHIO, que j’ai décidé de te transformer en un enfant « pour
de vrai ».
(On entend une mélodie magique. PINOCCHIO commence à toucher son corps et s’aperçoit qu’il n’est plus en bois
mais qu’il est devenu un enfant en chair et en os)
PINOCCHIO : Mais… ce n’est pas possible ? Mes mains ne sont plus en bois ! Ni mes bras ! Ni mes jambes ! Ni
mon visage ! Je ne suis plus une marionnette de bois, je suis un véritable enfant ! Merci, FÉE BLEUE! Je ne
l’oublierai jamais et je serai toujours très sage !
(PINOCCHIO serre la FÉE BLEUE dans ses bras et ils quittent la scène)
Fin

30 autre produits